Pas de jeudi j'aime, un p'tit talk à la place.

Ça fait quelques minutes que je suis assises devant mon ordi à me demander ce que je vais mettre dans mon Jeudi J'aime cette semaine. Je reviens de déjeuner avec mes deux amies et puis je pensais un peu à ma vie. J'ai vingt sept ans, pas de chum, pas d'enfant, un grand cinq et demi beaucoup trop grand pour moi et mes deux chats, une job dans un centre pour adolescents où je suis un numéro pour mes employeurs. Depuis que je suis revenue de voyage, que j'ai le goût de repartir. Je rêve de plage et de chaleur, que le Québec nous donne pas présentement. Je rêve de partir pis de pas revenir. J'ai passé la majeure partie de ma fin de semaine comme une ermite, à pas avoir le goût de sortir de chez moi et pourtant, je rêve de crisser mon camps. 

Quand on est adolescent, on s'imagine la vie qu'on rêverait d'avoir. On s'imagine toujours à deux, heureux. Personne nous prépare à l'éventualité que la vie place des obstacles importants devant nous. Que peut importe que tu sois blanc, noir, riche, pauvre, heureux ou triste, la vie va t'en amener des embûches et que l'humain est fait pour les surmonter. Des fois on a l'impression que ça ne cessera jamais. Que dès que tu trouves une stabilité, quelqu'un ou quelque chose va faire en sorte que tu vas avoir à tout recommencer. Y'a même des fois où tu as l'impression que c'est toi against the world. T'as le choix de te dire que tout va mal, que tu t'en sortiras pas pis que toute te fait chier. T'as le choix aussi de dire que tout va mal, mais que si tu continues de t'enfermer, ça ira pas mieux. J'dis pas que j'suis meilleure que les autres, au contraire. J'ai passé pratiquement 48h ici à me morfondre de mes 5 feux sauvages dans la même fin de semaine, du fait que je me suis fais laisser tomber quelques fois dans la même semaine, que j'pas allée à Montréal pour le weekend pis que ma vie c'était dont ben plate depuis que tous mes amies (ou presque) sont en couple pis pas moi. J'pas meilleure que toi, qui te dit que tu fais surement de quoi de pas correct pour que tout autour de toi se mettre contre toi. J'ai réalisé que ma vie était pas la fin du monde (!) pis que c'est nous qui décide comment elle vire. C'est certain que tu peux pas décider de plein de chose tsé tu peux pas décider de forcer quelqu'un a t'aimer, tu peux pas décider de devenir riche du jour au lendemain pis de faire disparaître 5 feux sauvages (maudite marde), mais que c'est toutes les petites actions que tu poses, ou évite de poser qui fait qui tu es et comment bien tu te sens. 

J'imagine que je n'ai pas la solution à tous les problèmes de la terre aujourd'hui pis que je vais pas devenir la fille la plus heureuse du monde (pis vous non plus) en écrivant tout ça. Des fois t'as juste besoin d'exprimer ce que tu vis et tu ressens pis ça fait du bien. Entourez vous des personnes qui vous aime et que font que votre vie va mieux. Profitez de la vie et des moments positifs qu'elle vous apporte, parce qu'on sait jamais comment ça vire. Pis surtout, gardez en tête que même quand ça va mal, ça peut aller bien. Merci à ma meilleure amie qui m'a sorti de ma solitude et de ma fin de semaine de marabout !  Bon jeudi, sans jeudi j'aime. x

écrit le jeudi 12 novembre 2015



Façonné par smpl.ca